26/12/2012 : Pr Atsuo Yanagisawa Au Midi Libre - La vitamine C, nouvelle approche thérapeutique pour le cancer.
http://www.lemidi-dz.com/index.php?operation=voir_article&date_article=2012-12-26&id_article=reportage@art3@2012-12-26

Pr Atsuo Yanagisawa Au Midi Libre
La vitamine C, nouvelle approche thérapeutique pour le cancer
26 Décembre 2012 sur le midi-libre.

Pr Atsuo Yanagisawa est l’invité d’honneur pour le prochain séminaire de la Société algérienne de la médecine orthomoléculaire. Cette société savante que préside Dr Ilyès Baghli est en plein essor. Dans ce cadre, Pr Atsuo Yanagisawa nous parle de ses découvertes qu’il compte présenter devant un large public lors de ce congrès.

Midi Libre : Voulez-vous, Pr, vous présenter à nos lecteurs ?
Pr Atsuo Yanagisawa : MD, Ph.D., FACC, je suis diplômé de la Kyorin University School of Medicine à Tokyo, au Japon en 1976, et j‘ai terminé mes études supérieures en 1980 de la Kyorin University Graduate School of Medicine. Pr Yanagisawa a été professeur de médecine clinique à l‘Ecole Kyorin au niveau de l‘Université des sciences de la santé et en même temps en tant que professeur en cardiologie clinique à l‘hôpital universitaire de Kyorin jusqu‘en 2008. Il est le fondateur du Collège japonais de thérapie intraveineuse (JCIT) qui a été fondé en 2007, et dont il est le président. Pr Yanagisawa a servi en tant que directeur du Centre international pour l‘éducation de la médecine intégrative à Tokyo, au Japon, depuis 2008. Pr Yanagisawa a été président du Congrès international de médecine intégrative en 2009. Il est l‘auteur de 140 articles scientifiques en anglais et en japonais et a publié plusieurs ouvrages en cardiologie, application des chélateurs en médecine, la nutrition, l‘encadrement des formations en IV thérapie vitamine C en cancérologie. Pr Yanagisawa a été récemment intronisé au Temple de la renommée de la médecine orthomoléculaire en 2011 à Toronto et préside actuellement la Société internationale de médecine orthomoléculaire (Vancouver, Canada) en 2012.

Vous êtes invité en tant que président de l‘ISOM par la SANMO à la cérémonie de clôture de la première promotion de médecins algériens en orthomoléculaire ; que pensez-vous de cette initiative ?

En tant que président de l‘ISOM, je tiens à dire que la SANMO présidée par Dr Ilyès Baghli est l‘une des associations les mieux organisées dans notre groupe et elle a, par conséquent, un parcours et une croissance assez rapides. L‘éducation pour les médecins et le grand public est la priorité de l‘ISOM. Je m‘attends à ce que la SANMO soit le chef de file de la médecine orthomoléculaire pour les pays voisins.

Quelle est la place de la médecine orthomoleculaire actuellement dans le monde et quel est l‘intérêt à vouloir la développer en Algérie ?

Deux fois lauréat du prix Nobel et biologiste moléculaire, le Dr Linus Pauling, Ph.D, a inventé le terme «orthomoléculaire» dans son ouvrage de 1968 paru dans un article de la revue "Science". La médecine orthomoléculaire s‘occupe de la prévention et le traitement des maladies en fournissant au corps des quantités optimales de nutriments qui lui sont naturels. L‘apport de nutriments essentiels comme les vitamines, les minéraux et les acides aminés, les suppléments alimentaires, les repas équilibrés permettront de prévenir et de traiter beaucoup de maladies, conduisant à une santé optimum. La santé idéale dépend fortement de la qualité et de l‘équilibre des nutriments dans les «aliments» que nous consommons. Lorsque vous tombez malade, le 1er choix de la cure n‘est pas de donner des médicaments, mais de traiter avec une bonne alimentation. Les vitamines en particulier sont connues pour le traitement de certaines maladies, parfois mieux tolérées que celles utilisées en médecine traditionnelle. Les médicaments ne devraient pas dans certains cas être le 1er choix, sauf dans des situations d‘urgence, ceci de par leurs effets secondaires parfois fâcheux. Les médecins et les patients commencent maintenant à se rendre compte des limites du traitement standard et l‘importance de la thérapie nutritionnelle. Je crois fermement que la médecine orthomoléculaire tel que géré par la SANMO fournira un guide pour conduire l‘approche nutritionnelle en première ligne, de sorte que beaucoup de gens pourront se traiter plus sainement.

Vous êtes aussi le président du Collège japonais de la thérapie intraveineuse et vous disposez d‘une très large expérience dans l‘utilisation de la vitamine C à forte dose en chimiothérapie ; pouvez-vous nous en dire plus ?

Récemment, de nouvelles données ont indiqué que la vitamine C dans le traitement du cancer mérite une réévaluation à nouveau. D‘un point de vue pharmacologique, de fortes concentrations de vitamine C conduisent à la mort des cellules cancéreuses et à l‘inhibition de la croissance tumorale. De par ces faits, la vitamine C continue à être largement utilisée chez les patients cancéreux par les cliniciens qui ont obtenu de nombreux succès. Des études cliniques concernant la vitamine C par voie intraveineuse pour les patients cancéreux sont menées de par le monde.

Quels sont ces cancers ?

Il s‘agit du cancer de l‘ovaire et de l‘utérus par l‘Université du Kansas (Etats-Unis), le lymphome malin par Jefferson University (USA) et Tohkai University (Japon), le cancer de la prostate par l‘université de Copenhague (Danemark) et le cancer du pancréas par l‘Université du Kansas et Jefferson Université aux usa. Nous avons récemment confirmé que la dose élevée de vitamine C par voie intraveineuse procurait une meilleure qualité de vie chez les patients cancéreux. Accordons à notre récente enquête menée auprès de 222 médecins et dentistes, celle-ci a montrée que 38% de ces praticiens refuseraient la chimiothérapie au cas où celle-ci serait la seule alternative thérapeutique possible en dehors de la chirurgie radicale. Par ailleurs, 92% des médecins seraient pour un traitement non standard avec ou sans chimiothérapie. Ainsi, les médecins connaissaient la limitation du traitement standard. Il n‘est pas surprenant que 79% des médecins aient choisis la voie intraveineuse à forte dose de vitamine C pour le traitement du cancer. Nous croyons que de fortes doses de vitamine C par voie intraveineuse seront bientôt considérées comme un traitement courant et ce, pour la plupart des cancéreux.

En plus de l‘effet protecteur de la vitamine C sur les dommages induits par l‘exposition aux irradiations nucléaires, peut-on espérer l‘utiliser comme traitement complémentaire en cancérologie générale en association avec la chimiothérapie conventionnelle ou la radiothérapie par exemple ?

Selon nos expériences cliniques, la prise orale et intraveineuse combinée de vitamine C améliore l‘efficacité de la chimiothérapie et de la radiothérapie pour le traitement du cancer. La vitamine C permet également de réduire les effets secondaires de la chimiothérapie et de la radiothérapie. Ces phénomènes ont été démontrés par de nombreuses études scientifiques. En outre, dans la formule intra-veino-thérapie, chez les patients atteints d‘un cancer avancé, les doses de 10 à 20 g de vitamine C permettrait de prolonger le temps de survie d‘environ 4,2 à 6 fois. Ainsi, la prise combinée orale et intraveineuse de la vitamine C reste un puissant traitement d‘appoint pour les patients atteints de cancer.

L‘Algérie est le 19e pays à avoir adhérer à la Société internationale de médecine orthomoléculaire en avril 2012 ; quel est le message que vous voudriez transmettre à vos confrères au nom de l‘amitié et des liens qui unissent nos deux pays ?

Nous, au sein de l‘ISOM, nous sommes très excités et heureux d‘accueillir les médecins algériens et les professionnels de la santé en tant que nouveaux membres de l‘ISOM. La nouvelle ère de la médecine orthomoléculaire est venue. Les médecins et les patients commencent maintenant à se rendre compte des limites du traitement standard et l‘importance de la thérapie nutritionnelle. L‘ISOM maintenant commence aussi à organiser un système de réseau international entre ses membres. Les patients se déplacent à travers les frontières, et à l‘issue de ces longs voyages parfois, ils sont demandeurs du même traitement où qu‘ils soient. Grâce à internet, nous aimerions construire un réseau mondial de praticiens orthomoléculaire à grande échelle. Dans ce réseau, nous partagerons nos connaissances et nos expériences. Nous sommes la famille des médecins orthomoléculaires. L‘année 2012 représente le 50e anniversaire des relations diplomatiques entre l‘Algérie et le Japon, mon pays. Je suis très heureux de me rendre en Algérie pour avoir des discussions et établir des relations fructueuses dans le futur entre la SANMO et le Collège japonais pour la thérapie intraveineuse (JCIT). Mes amis, nous sommes la famille orthomoléculaire.
Merci.

Lexique des abréviations :
ISOM / International society for orthomolecular medicine
SANMO/ Societé algérienne de nutrition et de médecine orthomoléculaire
JCIT/ Japanese college for intravenous therapy.

Par : Entretien réalisé par Ourida Ait Ali




Conception : VITAMINEDZ