19/11/2012 : Les légumineuses, aussi efficaces qu’un antidiabétique oral ?
 Les légumes secs tels que les pois chiches et les lentilles sont connus pour leur  faible index glycémique (IG). Ils sont couramment recommandés dans le cadre d’un régime équilibré, notamment en cas de diabète. Pour quantifier l’effet d’un apport quotidien de légumes secs sur l’équilibre glycémique et le risque cardiovasculaire, jenkins et al.ont mené un essai randomisé chez 121 patients diabétiques. Ces derniers devaient consommer, pendant trois mois, soit une tasse de légumineuses (environ 190 grammes, l’équivalent de « deux rations » par jour), soit des produits céréaliers riches en fibres insolubles (céréales de petits déjeuner, riz complet….). Des listes d’aliments étaient fournies aux participants pour les aider à faire leurs choix alimentaires. L’adhésion au régime était évaluée par un recueil des prises alimentaires sur sept jours au début de l’étude puis à 8, 10 et 12 semaines. Environ 95 % des sujets des deux groupes ont terminé l’étude.

La perte de poids, respectivement de 2,7 kg et 2,0 kg a  été significativement supérieure chez les consommateurs de légumes secs par rapport au « groupe fibres ». En ce qui concerne l’équilibre glycémique, l’impact des légumineuses était plus marqué que celui des fibres insolubles, l’hémoglobine glyquée ayant diminué respectivement de 0,5 % (Intervalle de confiance [IC] : -0,6 à -0,4 %) et 0,3 %(IC : -0,4 à -0,2 %). La réduction du risque de maladie coronaire (calculé par l’équation de Framingham) était également plus importante dans le « groupe légumineuses » par rapport au « groupe fibres ». Cette supériorité des légumineuse était expliquée par un effet sur le cholestérol total mais surtout par la baisse de la pression artérielle (systolique : -4,5 mmHg ; diastolique : -3,1 mmHg de différence entre les deux groupes, en faveur du groupe légumineuses).

La baisse tensionnelle marquée avec les légumes secs est également un résultat déjà observé avec le régime DASH (incluant lui aussi ce type d’aliments). Elle est d’autant plus notable que la pression artérielle initiale des sujets inclus était normale (122/72 mmHg). Cet effet peut s’expliquerpar l’impact du  potassium et du magnésium et par un mécanisme antihypertenseur des peptides issus de la digestion de la caséine. En outre, la réduction du cholestérol, en dehors des effets directs des légumineuses s’explique par une réduction des aliments protéinés d’origine animale riches en graisses saturées et en cholestérol.

On remarquera que l’effet d’un apport quotidien de légumineuses est de même ordre que celui de l’introduction d’un deuxième traitement antidiabétique quand l’HbA1c est modérément élevée, autour de 7 %. Une consultation de sensibilisation aux légumes secs pourrait donc être recommandée avant le passage à la bithérapie antidiabétique…

 

Dr Boris Hansel

 

Jenkins DJ et coll. : Effect of Legumes as Part of a Low Glycemic Index Diet on Glycemic Control and Cardiovascular Risk Factors in Type 2 Diabetes Mellitus: A Randomized Controlled Trial. 
Arch Intern Med., 2012 ; 22 :1-8





Conception : VITAMINEDZ