03/10/2012 : Pr George Birkmayer, au Midi Libre «La NADH augmente l’énergie dans chaque cellule» 3 Octobre 2012
 
Pr George Birkmayer, au Midi Libre
«La NADH augmente l’énergie dans chaque cellule»
3 Octobre 2012

 





Midi Libre : Voulez-vous, professeur, vous présenter à nos lecteurs ?
Pr George Birkmayer : Je suis docteur en biochimie et, depuis 1982, professeur de médecine à l’université de Graz (Autriche). Professeur invité aux universités de : New York, Philadelphie, (Etats-Unis), Montréal (Canada), de Beijing, Guangzhou et Xi’An (Chine). Fellow de l’Américan College of Nutrition. Président de l’Académie internationale de marqueur tumoral (IATMO), New York. Découvreur de l’effet thérapeutique de NADH
(coenzyme-1).
Que connaissiez-vous de l’Algérie avant votre invitation par le docteur Ilyès Baghli, président de la SANMO ?
Tout d’abord, permettez-moi de présenter mes vifs remerciements au Dr Ilyès Baghli qui m’a invité à son séminaire et pour l’intérêt qu’il porte à ma découverte de la NADH. C’est ma première visite en Algérie. J’ai entendu beaucoup de bonnes choses à propos de l’Algérie et de son peuple accueillant et ouvert. J’ai donc hâte de visiter votre pays avec beaucoup d’intérêt.
La NADH sera le thème de votre conférence ; pouvez-vous nous parler de cette molécule en quelques lignes ?
Aussi appelé coenzyme NADH-1, c’est la forme biologique d’hydrogène. En contact avec le corps, elle réagit avec l’oxygène dans la cellule et produit de l’énergie. La NADH est le combustible pour la production d’énergie dans chaque cellule vivante. Elle est fabriquée à partir de la nourriture sur certains processus métaboliques dans la cellule.
Quels sont les bienfaits 
thérapeutiques de la NADH ?
La NADH augmente l’énergie dans chaque cellule. Dans notre laboratoire à l’Université de Graz, nous avons démontré que la NADH peut être transportée de l’extérieur de la cellule et augmente l’énergie sous forme intermédiaire énergétique cellulaire, ou Adénosine Tri-Phosphate (ATP.) Plus la cellule dispose de la NADH mieux elle travaille et plus elle vit. Aussi, nous avons démontré dans notre laboratoire que la NADH agit dans toutes les cellules, surtout le cœur et le cerveau car ces deux organes exigent plus d’énergie que les autres.
Quels sont - avec le recul - les résultats de l’introduction thérapeutique de la NADH ?
La NADH a montré des résultats très positifs dans la maladie de Parkinson, d’Alzheimer, de la fatigue chronique, la dépression, le cancer et le diabète ; ceci a été contrôlé et confirmé par les autorités sanitaires.
Peut-on dire que cette molécule va
révolutionner l’approche thérapeutique ?
C’est exact. Vous pouvez l’écrire. D’ailleurs, à propos de la NADH, le Professeur Eccles, prix Nobel de médecine (1964), lors d’une conférence de presse a déclaré : "La découverte de l’effet thérapeutique de la NADH est à mon avis plus important que la découverte des antibiotiques et de la cortisone."
Pourquoi la NADH n’a pas connu encore du succès dans l’industrie pharmaceutique ?
Les raisons sont multiples. Tout d’abord, vous ne pouvez pas breveter cette substance biologique. Deuxièmement, un certain nombre de médicaments les plus vendus seraient obsolètes et l’industrie pharmaceutique perdrait, par conséquent, de l’argent.
Quelle est la part de responsabilité du scientifique et du politique pour l’émergence d’approches thérapeutiques innovantes dans l’intérêt du patient ? 
C’est une très bonne question qui nécessite un large débat mais je vais vous répondre en quelques lignes. En effet, grâce au progrès de la science, des médicaments ont été fabriqués procurant un meilleur confort aux personnes. Cependant, ce n’est pas toujours le cas, car quelques molécules ne sont pas sans effets secondaires. Par exemple, les médicaments anti-cholestérol nuisent aux patients plus qu’ils ne les soulagent.
Pouvez-vous nous en donner les raisons? 
Ils endommagent les muscles, le cœur et réduisent la production d’hormones sexuelles dans le corps. La metformine du diabète, la plus largement utilisée, inhibe la production d’énergie dans les cellules pancréatiques, donc elle ne produit pas assez d’énergie à l’insuline. La plupart des spécialistes s’accordent à l’affirmer, vous pouvez lire ces déclarations sur Internet. Néanmoins, l’industrie pharmaceutique ne cherche qu’à écouler le produit et la vente de cette molécule s’élève à plus de 5 milliards de dollars annuellement. A ce propos, de nombreux experts, en particulier médecins holistiques, comme moi, sont convaincus que l’industrie pharmaceutique n’est pas toujours intéressée par notre santé. Ces industriels arrivent même parfois à inventer de nouvelles maladies pour assurer le développement et la vente de leurs produits et, malheureusement, les effets délétères de ces produits surgissent à long terme. Les politiques visent à promouvoir des concepts innovants de thérapie, malheureusement, de peu d’intérêt pour ceux qui ont des objectifs différents.

Par : Entretien réalisé par Ourida Ait Ali




Conception : VITAMINEDZ