25/02/2014 : SOLUTIONS ORTHOMOLECULAIRES PRATIQUES POUR UNE SITUATION STATIQUE.

DE HIROSHIMA A HAMOUDIA.

DU JAPON A L’ALGÉRIE POUR DES RECOMMANDATIONS VIS A VIS DES RADIATIONS NUCLÉAIRES.

Si la bombe à l'uranium de Hiroshima appelé "Little Boy"du 06/08/1945
fût de 15 kilo-tonnes, et si la bombe au plutonium de Nagasaki "Fat
Man" du 09/08/1945 fût de 17 kilo-tonnes, il faut savoir que la
première bombe française testée en Algérie au plateau de Hamoudia à
Reggane appelé "Gerboise bleue" du 13/02/1960 fût de 70 kilo-tonnes,
donc plus du double des bombes de Hroshima et de Nagazaki réunis.
Il faut savoir que selon la cartographie déclassée du secret défense
par l'armée française démontre les données suivantes:
- Le 14/02/1960: In Salah en Algérie, Agadez au Niger et N'Djamena au
Tchad furent contaminées en raison d'un vent sud-est le jour de
l'explosion de la Gerboise bleue.
- Le 15/02/1960: Yaoundé au Cameroun fut contaminée.
- Le 16/02/1960: Tamanrasset en Algérie, Niamey au Niger, Ougadougou
au Bukina Fasso furent contaminées.
- Le 17/02/1960: Bamako du Mal, Abidjan en Côte d'Ivoire, Accra au
Ghana et Lagos au Nigéria furent contaminées.
- Le 18/02/1960: Conakry de la Guinée fut contaminée.
- Le 19/02/1960: Tindouf en Algérie, Nouakchout en Mauritanie, Tripoli
en Libye furent contaminées.
- Le 20/02/1960: Ouargla en Algérie, Dakar au Sénégal furent contaminées.
- Le 21/02/1960: Bechar fut contaminée.
- Le 24/02/1960: Alger, Oran, Tlemcen en Algérie, Oujda, Fès au Maroc,
Alicante en Espagne furent contaminées.
- Le 25/02/1960: Rabat, Tétouane au Maroc, Sétif, Constantine, Annaba
en Algérie, Bedja, Tunis en Tunisie, le sud de la Sicile, le sud de la
Corse et le sud de l'Espagne furent contaminées.
Au soir du 25/02/1960: Toute l'étendue de l'Algérie fut totalement contaminée et le restera pour 24000 ans.

Trois autres explosions furent effectuées en ce lieu par la suite:
01/04/1960 Gerboise blanche moins de 5 kt
27/12/1960 Gerboise rouge moins de 5 kt
25/04/1961 Gerboise verte moins de 5 kt

Après le dernier essai atmosphérique Gerboise verte, les 13 tirs
souterrains qui suivirent furent effectués plus au sud près d'In
Ecker, dans le massif du Hoggar.

Quatre essais souterrains sur treize n'ont pas été totalement contenus
ou confinés: Béryl du 01/05/1962, Améthyste du 30/03/1963, Rubis du
20/10/1963 et Jade du 30/05/1965.
Les essais Béryl et Améthyste ont conduit à une irradiation dépassant
le seuil réglementaire.

La France procédera finalement à 17 essais nucléaires dans le Sahara
de 1960 à 1966.

Les conséquences néfastes pour la faune, la flore, l'homme et l'environnement

Faut-il le rappeler, la demi-vie de l'uranium 235 est de 24 000 ans.
D'ailleurs, sur le terrain, la radiation est toujours aussi forte,
plusieurs dizaines de fois plus forte que la radioactivité naturelle.

Différentes pathologies dont les cancers (cancer de la thyroïde,
cancer du poumon, cancer du sein, leucémie), les maladies neurologiques dégénératives, les maladies auto-immunes et certaines anomalies
congénitales peuvent avoir été induites par l'irradiation ainsi subie.

Des poussières radioactives répandues dans les eaux souterraines et la
flore représentent un danger pour la santé humaine et animale.

Il est important de savoir que la contamination initiale est de 20%
par exposition directe aux radiations nucléaires et que la
contamination tardive représente 80% par contamination
particulièrement de l'eau, de l'alimentation, du bétail et des
matériaux de constructions.

Finalement, toute l'Algérie est concernée par la prévention vis à vis
des radiations nucléaires, sans oublier les radiations provoquées par
les examens radiologiques qui peuvent être source de rayonnements:
Radiographie d'un membre, l'équivalent d'un jour et demi.
Panoramique dentaire, l'équivalent de 4 jours.
Radiographie pulmonaire, l'équivalent de 7 jours.
Mammographie, l'équivalent de 20 jours.
Scanner du crâne et radiographie abdominale, l'équivalent de 300 jours.
Scanner du thorax, l'équivalent de 900 jours.
Scanner abdomino-pelvien l'équivalent de 1500 jours.

Suite aux premières mesures thérapeutiques préventives effectuées à:
- Tchernobyl en Ukraine suite à l'accident nucléaire du 26/04/1986 où
l'acide lipoïque et la vitamine E par voie orale !
- Fukushima au Japon suite à l'accident nucléaire du 13/03/2011 suite
au séisme et tsunami du 11/03/2011 où la vitamine C a 25 grammes par
voie intra-veineuse a été administré à 16 employés qui ont eu grâce à
cette méthode et celles classiques une préservation des facteurs
cancérigènes par rapport au restes des employés qui n'ont eu recours
qu'aux méthodes classiques: tenue spéciale, douche et nettoyage.

Suite à ceci la JCIT: Le collège japonais de thérapie intra-veineuse
présidé par le Pr Atsuo Yanagisawa et co-signé par:
- Pr Burton Burkson.
- Pr Thomas Edward Levy.
- Pr Ronald Hunnighake.
- Pr Bradford Weeks.
- Pr Steven Hickey.
- Pr Masachi Uwabu.
le 29/03/2011 furent émis les recommandations suivantes pour la
prévention vis à vis des radiations nucléaires:

- Vitamine C 1 à 3 grammes 3 à 4 fois par jour.
ou
- Vitamine C liposphérique; 1 à 2 grammes deux fois par jour.
- Acide alpha-lipoique: 100 à 300 mg deux fois par jour.
- Sélénium 50 ug à 200 ug deux fois par jour.
- Vitamine E 100 à 200 mg deux fois par jour.

Pour ceux qui travaillent au niveau des zones contaminés, en plus de
ces recommandations, une perfusion de vitamine C de 25 grammes par
voie intra-veineuse.

Ce protocole a été approuvé par la SANMO suite aux deux présentations
du Pr Atsuo Yanagisawa, Président de la JCIT et de l'ISOM: Société
Internationale de Médecine Orthomoléculaire, dont la SANMO est membre
depuis février 2011, lors des séminaires organisés à Alger, le 24
janvier 2013 et le 25 janvier 2014 en présence des membres de la SANMO
et des médecins de la direction centrale de la santé militaire !

A ce protocole, 80 mg de NADH ou CoEnzyme1 ou vitamine B3 enrichie à
l'hydrogène élaborée grâce aux travaux du Pr George Birkmayer en
Autriche est également préconisée, vu les études ayant prouver l'effet
potentiel du NADH sur la vitamine C et vis vers ça effectuées au
niveau du laboratoire de biologie de l'université de Tlemcen dirigé
par le Pr Hafida Merzouk et vu les études effectués en Chine qui ont
prouvés l'efficacité du NADH dans la protection vis à vis des
radiations nucléaires.

La SANMO préconise de combiner ces deux méthodes, pour optimiser la prévention !

Parmi la prévention alimentaire, les aliments riches en vitamine C
restent insuffisant pour assurer une protection optimum:

170 mg de vitamine C par 100 grammes de persil.
100 mg de vitamine C par 100 grammes de kiwi.
55 mg de vitamine C par 100 grammes de fraise.
55 mg de vitamine C par 100 grammes d'orange.

Pour ceci, il est nécessaire d'aller vers des supplémentations
préventives quotidiennes pour assurer une médecine préventive à chaque
citoyen dans un esprit serein et pour assurer une réduction des
pathologies chroniques dégénératives dues aux radiations nucléaires et
aux radiations radiologiques d'origine iatrogène sans oublier les
effets de la pollution atmosphérique due au monoxyde de carbone et de
la pollution électro-magnétique due aux différents réémetteurs de
télécommunications qui nous permettent par contre de vous communiquer
ces recommandations !

Prendre soin de soi-même est possible, loin d'un esprit de thématique
tabou mais dans un esprit de prévention rigoureux et efficace.

Dr Ilyes BAGHLI.
Président de la SANMO.
Société Algérienne de Nutrition et de Médecine Orthomoléculaire.
www.orthomoleculaire.org
25/02/2014 - 54 ans après la contamination radio-active de toute l'Algérie.




Conception : VITAMINEDZ